Skip navigation

An Ahel Karr (l’essieu de charrette)

Un "exercice" de force pure qui tire son origine des défis que se lançaient les paysans venus au bourg faire faire un travail par le charron et qui devaient faire la queue. Car le charron était très sollicité et il y avait du monde à la forge…Quoi de plus simple que de se défier : à qui soulèverait la plus lourde enclume, à qui lèverait le plus possible l’essieu le plus lourd, etc…. Du « divertissement » au « geste sportif », il y a eu un long cheminement qui a conduit à voir apparaître cette « pratique » parmi celles introduites dans la fête plus païenne qui suivait le Pardon (le Adpardon, en général le lendemain du Pardon), et au cours de laquelle on renouait avec les défis anciens, sous une forme plus normée et plus « clochemerlesque ».

Dans le Trégor existe une modalité particulière : « an ahel karr giz Bro Dreger » : le lever ne se fait pas à deux bras mais avec un seul. Une technique très spéciale qui demande, en plus de la force pure, l’équilibre d’une prise et d’un « jeté » spécifiques. Il reste encore des connaisseurs de cette technique qui perpétue ce mode, apparemment plus ancien.

Aujourd’hui ce jeu est devenu l’une des disciplines spectaculaires des "Sports Athlétiques Bretons", codifiés par la Fédération Nationale des Sports Athlétiques Bretons (FNSAB). Dans ce cadre, il se pratique avec un essieu de 46,5 à 47,5 Kg qu’il faut lever le plus grand nombre de fois possible dans le temps maximum de 3 minutes. Une grande avancée vient d’être franchie par la FNSAB (en 2015) : ce jeu est désormais ouvert en compétition féminine avec un essieu de 20 kg.

Ce jeu fait partie du catalogue des jeux proposés par La Jaupitre en location ou en animation au sein du Cârouj, le parc de loisirs des jeux bretons, ou en tout autre lieu à la demande.

Fiche complète en PDF


Voir en ligne : Le site de la FNSAB