Skip navigation

Court-bâton ou Bazh-yod

Tous les chroniqueurs et historiens s’accordent pour dire que les bretons avaient une prédilection pour les jeux de bâton. Mais l’ « arracher du bâton » est aussi un jeu symbolique, car le bâton représente le pouvoir : ainsi connaît-on des scènes très anciennes dépeintes dans les églises, et pas seulement en Bretagne, où l’on voit un moine et un évêque lutter au bâton, mais aussi une femme et son mari, un bourgeois et un noble, etc. Le jeu, bien attesté comme jeu de veillées et d’assemblées de voisins, et qui se retrouve sous diverses formes partout dans le monde, tire probablement son origine de la nécessaire préparation journalière de la bouillie destinée à nourrir le cochon de la maison : celle-ci nécessitait l’utilisation de ces "baz-yod" ou "bâton à bouillie". En Haute-Bretagne, il pouvait aussi s’agir de ces bâtons servant au transport des sacs de céréales, appelés « toudou ».
La manie typiquement bretonne de se défier pour mesurer sa force (et la vendre, au temps où la force mécanique ne prédominait pas !) a fait le reste...!

Description du jeu et du matériel :

* Une planche solide pour le calage des pieds (1,80/2,00 m de long pour 20 cm de large et 3/4 cm de diamètre) ;
* Quatre piquets de fer servant à maintenir la planche sur la tranche ;
* Un bâton à bouillie ou court-bâton (50/60 cm de long, 3,5/4 cm de diamètre).
Le terrain peut être herbu ou de terre, pourvu que l’on puisse y planter les piquets assez profondément. Ce jeu ne nécessite pas beaucoup d’espace, au plus 2 m x 3 m.

Règle (succincte) du jeu :

Les deux joueurs s’assoient par terre, l’un en face de l’autre, de chaque côté de la planche, leurs pieds calés contre celle-ci. Ils se saisissent du bâton qu’un arbitre leur présente et, au signal que celui-ci leur donne (en breton : « prest oc’h »/ « êtes-vous prêts ? » puis : « krogit » / « tirez ! »), ils tirent chacun vers eux le bâton. Celui qui lâche le premier, ou qui est soulevé et amené par dessus l’adversaire, a perdu.

Aujourd’hui ce jeu est devenu l’une des disciplines spectaculaires des "Sports Athlétiques Bretons", codifiés par la Fédération Nationale des Sports Athlétiques Bretons (FNSAB). Une grande avancée vient d’être franchie par la FNSAB (en 2015) : ce jeu est désormais ouvert en compétition féminine.

Ce jeu fait partie du catalogue des jeux proposés par La Jaupitre en location ou en animation au sein du Cârouj, le parc de loisirs des jeux bretons, ou en tout autre lieu à la demande.

PDF - 1.2 Mo
Fiche complète PDF à télécharger


Voir en ligne : Le site de la FNSAB